• Page de l'Orphelinat du Château des Roses Bleues !

    Page de l'Orphelinat du Château des Roses Bleues !

    Bonjour à tous,

    Voici la page de l’orphelinat ! N’hésitez pas à la faire tourner et partager à un maximum de personne.

    L’orphelinat ouvrira officiellement dans un peu plus d’une semaine mais vous pouvez d’ors et déjà faire vos demandes ou nous confier des enfants.

    Pour infos nous sommes sous TS4 et nous attendons 3 enfants (2 bambins garçons et une petite fille) leur description arriveront prochainement avec une photo.

                                                                            #Ely Isil Niight et Abbie Toretto

                                                                  https://m.facebook.com/ElyRebeccaQueen/


    votre commentaire
  • (Cette photo n'est pas de moi)

    Ce matin j’ai rendez-vous chez mon gynécologue. J’attaque mon quatrième mois et nous allons enfin savoir si notre bébé est en bonne santé et si nous attendons un héritier.

    Réponse dans quelques heure si le docteur n’a pas de retard.


    votre commentaire
  • Coucou les amis !

    Le verdict est tombé. Je viens juste de l’annoncer à Oliver qui gardait Erwan et qui n’a malheureusement pas pu venir avec moi.

    J’ai eu l’immense surprise d’apprendre que j’attendais de vrai jumelles en parfaite santé !

    Ci-dessous l’échographie sur laquelle on voit bien les deux boutchous.

    Quand je lui ai annoncé, Oliver a rigolé. En effet nous espérions un petit garçon car seul les hommes peuvent normalement hérité du trône et la loi est très dur à ce sujet. J’étais d’ailleurs l’exception qui confirme la règle. Mais comme depuis le début, la vie nous réserve de belle et étrange surprise.

    Nous sommes comblés mais débordés, entre nos deux travails, les chambres des filles à préparer, le petit Erwan, Mélina, l’Orphelinat, les évènements, notre vie de couple...

    On s’étonne encore de se voir une heure par jour pour manger tout ensemble midi ou soir.

    Nous avons beaucoup parlé pour savoir qui serait les marraines et les parrains de ces deux bébés et nous vous en ferons part très bientôt  


    votre commentaire
  • Voici mon petit bidou des 4 mois. Je tiens à remercier les futurs parrains et marraines d’avoir accepté leur rôle  

    Loreleï Winchester , Melina Sims , Bryan Grey et Joshua Laograne (futur RP d’une amie)

    Il y avait tellement de monde pour les marraines que j’ai eu du mal à choisir. Après il nous faut un héritier donc tous n’est pas perdu.

    Aujourd’hui nous attaquons aménagement et la décorations des chambres. Avant que je ne devienne une baleine et que ça ne soit plus possible...


    votre commentaire
  • Coucou les amis,

    Je continue de vivre ma grossesse sereinement, j’en suis au septième mois. Plus que deux mois avant l’accouchement. Oliver est complètement gaga. Je profite de ne plus travailler et de n’avoir que l’orphelinat à gérer pour prendre du temps pour moi.

    Lire au bord de la piscine, sortir danser avec les copines, les petits plaisirs de la vie...


    votre commentaire
  • Nous avons enfin fini de préparer les chambres de nos filles. Erwan attend avec impatience leurs arrivées et nous aussi !


    votre commentaire
  • En ce matin du septième mois de grossesse, je me levais clopin clopant, pour entamer ma journée de travail comme j’en avais l’habitude depuis que j’avais appris ma grossesse. Mon planning était chargé. Les demandes d’adoption s’accumulaient, l’Orphelinat n’était même pas ouvert qu’il avait déjà son petit succès et j’en étais ravis.

    Je m’installais donc à table pour prendre mon petit déjeuner, lorsqu’une douleur vive irradia tout mon bas ventre. Je me mis à souffler en grimaçant avant de me lever et de constater que j’étais entrain d’accoucher.

    - Oliver ! Hurlais-je alors qu’il s’apprêtait à partir.

    - Ma chérie, est-ce que tout va bien ?

    Je... Les larmes se mirent soudain à couler. Je réalisais que j’allais perdre mes enfants, qu’il était trop tôt pour accoucher, que ce n’était pas le moment. Oliver comprit immédiatement et sortit son téléphone pour prévenir Mélody. Après deux sonneries...

    - Mélody, Mélody ma femme est entrain d’accoucher !

    - Oliver c’est toi ? Demanda t-elle surprise.

    - Oui c’est Ely, elle, elle...

    - Oliver, écoute moi, calme toi ! Respire, est-ce que tu te sens d’amener Ely à l’hôpital. Il faut qu’un médecin l’examine. Je serais là, je vous attend.

    - Bois un verre d’eau et fait attention sur la route.

    - D’accord on arrive ! Merci Mélody.

    Oliver m’attrapa dans une montée d’adrénaline et m’installa dans la voiture. Il pris Erwan qui dormait et l’attacha à l’arrière de la voiture sur le réhausseur. Il déposa le bambin chez Fumiko qui le coucha dès son arrivé et nous foncions à l’hôpital. Une fois sur place, Mélody nous attendait déjà sur place.

    - Ely, ça va ? Répond moi belle me demanda Mélody d’une voix douce.

    - Je... J’ai envie de tuer quelqu’un est-ce que c’est normal ?

    - Oui, ce sont les contractions ! Oliver emmène-la s’annoncer à l’accueil je vais immédiatement prévenir le médecin.

    Nous la vîmes partir en courant, je me tournais vers Oliver, j’étais passée de la tristesse à la colère en quelques secondes ! Ah ces hormones.

    - Allons à l’accueil, on va pas rester planter là !

    Oliver me suivait inquiet et cela avait le don de m’énerver. Je ne suis pas en sucre mince.

    Une fois à l’accueil, je regardais la secrétaire qui passé un coup de fil. Une fois qu’elle avait raccroché mon énervement s’intensifia.

    - Bonjour, je suis Ely Rebecca Queen Windsor. Mélody est une amie et a été prévenir mon médecin car j’ai des contractions très rapprochées.

    - Bien, veuillez patienter un instant... Annonça la secrétaire.

    - Je suis entrain de crever et vous voulez que je patiente !!!!

    Oliver vint s’excuser auprès de la secrétaire, en lui expliquant que d’habitude je n’étais pas comme ça. Pendant que je m’échappais pliée en deux dans les couloirs à la recherche du premier médecin qui ferait l’affaire. C’est un pauvre interne qui en fit les frais.


    votre commentaire
  • Complications...

    Oliver vint s’excuser auprès de la secrétaire, en lui expliquant que d’habitude je n’étais pas comme ça.

    Pendant que je m’échappais pliée en deux dans les couloirs à la recherche du premier médecin qui ferait l’affaire. C’est un pauvre interne qui en fit les frais.

    - Bonjour, prenez moi là maintenant tout de suite !

    - Pardon ? Manqua de s’étrangler l’interne.

    - Est-ce que vous savez qui je suis ??? Dis-je en le menaçant du doigt entre deux contractions. Je suis la Reine Ely Rebecca Queen Windsor ! Hurlais-je de douleur. Et je vous ordonne de me prendre la maintenant tout de suite !!! Dis-je en attrapant son bras.

    - Je...Mais votre mari est... Bégaya t-il sous le choc.

    - Je porte 20 kilos, sa déborde de partout et lui pense que je suis une obsédée.

    - Je pense qu’elle veut être auscultée ! Pardonnez là, d’habitude elle ne fait pas ça. Ajouta Oliver légèrement paniqué, ne reconnaissant pas sa femme.

    - Portez-les toi, après tout ce sont tes filles qui jouent aux foot et retournent. mes organes. Vous allez m’ausculter oui ou non ?

    Au même moment Mélody arriva avec un médecin, elle m’attrapa la main et me rassura de sa voix douce.

    - Laisse ce jeune interne nous allons nous occuper de toi, viens !

    - Non mais tu te rends compte il voulait me prendre pour de vrai ! Non mais quel idiot. Je suis pas une cochonne, je suis une femme respectable.

    Je vis Oliver et Mélody se retenir de rire, la situation était cocasse et on aurait dit que j’étais une petite fille prise en faute.

    - Ça va aller, tu es dans les mains du meilleur obstétricien. Précisa Mélody.

    Quelques minutes plus tard je me retrouvais dans une chambre d’hôpital, à faire le petit chien.

    Mélody et Oliver me tenant chacun une main.

    - Ely, votre col est ouvert et vos contractions se rapprochent vous allez devoir accoucher maintenant, vos filles sont mal positionnées, l’une d’entre elle a le cordon autour du cou. Dit-il pendant qu’il faisait l’échographie.

    - Nonn ! Hurlais-je après une contraction. Je vous en supplie c’est trop tôt, je ne veux pas ! Je devais accoucher chez moi.

    - Respire ! Tout va bien se passer. Je vais seconder le docteur et tout ira pour le mieux. Ajouta Mélody pour m’apaiser.

    - Ely si vous n’accouchez pas là tout de suite, vos filles ne survivront pas. Nous avons une chance de les sauver, il faut le faire.

    - Mon coeur, je te promet que tout va bien se passer. Je vais rester avec toi. Tenta de me rassurer Oliver.

    Mes larmes coulèrent de plus belle, la douleur irradiait tout mon dos. Mélody me redressa et me fit la péridurale. Puis le médecin m’ordonna de pousser, pendant que Mélody ordonna dans son talkie aux infirmières d’amener de quoi accueillir mes filles.

    Affaiblie, je poussais aussi fort que le médecin me l’ordonnait, cela dura une bonne dizaine de minutes. Jusqu’à ce que les premiers pleures retentirent dans la chambre d’hôpital, le médecin venait de couper le cordon. Je vis Mélody attraper la petite fille et la mettre dans un drap pour la nettoyer avant d’aller la mettre en couveuse. Puis vint la deuxième, elle sortit le cordon autour de la gorge, je vis le médecin s’attelait à la tache rapidement et Mélody fit de même avec notre deuxième bébé. Je finis par lâcher la main d’Oliver, épuisée.

    Mélody approcha nos filles du lit d’hôpital.

    - Je vous présente vos petites filles ! Elles sont encore fragile et resteront sous couveuse pendant quelques jours, le temps de nous assurer que tout aille bien. Elles sont magnifiques, vous avez fait du bon boulot, félicitations! Annonça le médecin.

    - Félicitation ma belle ! Tu as été courageuse. Tes filles sont splendides et en bonne santé. Ce sont des choses qui peuvent arriver quand on attend plusieurs enfants. Mais tout se termine bien. Dit-elle en prenant ma main.

    Mélody, merci beaucoup pour tout, je ne sais pas ce qu’on aurait fait sans toi ! Répondis Oliver presque à ma place.

    Oui, Oliver a raison ! Tu as été formidable ! Je me tournais vers mes petites poupées et prirent leurs mains. Bonjour Léna, bonjour Mila Rose, que vous êtes belles !

    C’est comme ça qu’Oliver et moi avions décidé de les appeler...

    Un grand merci à Mélody Elarabi sans qui mes filles ne seraient pas là aujourd’hui. 


    votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    Je suis enfin sortie de l’hôpital avec mes louloutes. Elles sont nées prématurément mais Mélody m’a rassurée sur leurs états de santé. Il faudra juste que j’aille régulièrement à l’hôpital pour faire des bilans.

    Je vous présente nos deux trésors, Léna qui aura pour marraine Melina Simset pour parrain Joshua Laograne et Mila Rose aura pour marraine Loreleï Winchester et pour parrain Bryan Grey.

    En espérant pouvoir organiser une soirée avec eux !

    En attendant je dois m’occuper des papiers de Mélody Elarabi et organiser mon évènement pour l’orphelinat.

    Un grand merci à tous d’avoir été là pour nous. ❤️


    votre commentaire
  • Ce matin, j'ai appelé mon oncle pour avoir des conseils sur comment je devais procéder pour Mélody. Il a finit par me dire qu'au vu de la situation, cela serait facile. Il suffisait que je me présente à la préfecture de Willow Creek, avec les papiers que j'avais à ma disposition, que je leur présente et que je demande un droit de véto et de regard sur tous ce qui avait été fait.

    Une fois fait, je devais leur imposer un changement de situation immédiat et ainsi déclarer que Mélody était bel et bien toujours vivante, en atteste les documents présent. S'il venait à me dire qu'elle devait être présente alors je leur dirais que je me portais garante à titre de Reine.

    C'est donc d'un pas décidé que je me suis rendu au bureau de la préfecture. La jeune femme à l'accueil m'adressa un immense sourire, j'eu l'impression qu'elle m'avait reconnu et cela ce confirma par la suite.

    - Bonjour votre Altesse ! Que puis-je faire pour vous ? Me demanda t-elle surprise de me voir en personne.

    - Bonjour, appelez moi Madame Queen ! Je viens pour une demande un peu particulière. J'aimerais que le dossier soit traité dans l'immédiat.

    - Mais vous savez que quelques soit les démarches, il y a un délai d'attente ?

    - Ecoutez, une injustice a été commise. Une jeune femme a été privé de ses enfants depuis bien trop longtemps. J'ai ici tous les documents nécessaire. Elle a été déclaré morte et je voudrais qu'on la déclare encore en vie.

    - Je...Mais c'est une démarche...

    - S'il vous plait mademoiselle, ne m'obligeait pas à utiliser des mots qui m'horrifierais.

    - Pardon, mais elle doit être présente pour attester de la véracité de vos propos.

    - Je me porte garante en tant que Reine, de la véracité de ses propos. Je remplirai le document adéquate.

    - Bien, pardonnez-moi votre altesse je ne fais que mon travail.

    - Oui, j'en conviens ne vous en faite pas.

    - Alors dit-elle en tapant sur l'ordinateur. Mélody Elarabi a été déclaré morte par le patriarche lui même décédé récemment. Hé beh quelle histoire. Je réactive sa fiche civil, j'ai besoin de son passeport, de sa carte d'identité, d'un livret de famille et d'un justificatif de domicile.

    - Les voici, dis-je en les lui tendant.

    - Bien, un instant... Tous semble en règles. Je change son adresse et je fais une déclaration de fausse déclaration de décès. Il ne vous restera plus qu'à la donner à la police, qui la transmettra au juge des affaires familiale. Je met ce dossier sous haute importance. Vous pourrez dire à Madame Elarabi, qu’elle est de nouveau vivante et que tous ce qui avait été désactivé suite à son décès seront réactivés, compte bancaire, Sécu, impôt aussi par exemple. Il faut qu’elle se rende au commissariat pour déposer cette déclaration et la preuve que nous avons bien déclaré qu’elle était vivante. Avec votre papier de garante dont je garderai une copie. Son jugement peut devenir une priorité, quoi qu’il arrive avec vous ma reine, elle pourra récupérer la garde de ses filles très rapidement. Le commissaire transmettra les documents au juge.

    - Je vous remercie pour votre efficacité. Je remplis le document de garante, le signais et me levais et sortis de la mairie, un sourire au lèvres. J’avais réussi.

    Je partis déposer ses documents moi-même au commissariat pour faire avancer rapidement le dossier. J’aurais certainement une bonne nouvelle à annoncer à Mélody Elarabi dimanche lors de l’inauguration. En attendant je lui envoyais un sms pour lui dire qu’elle était de nouveau bien vivante...


    votre commentaire
  • Ce soir, je me suis rendu à l’inauguration et l’ouverture de l’agence S.Models pour soutenir mes amis Leah PhillysLealys GrimmIvy Simmer et Maddy Klear. Je sais qu’elles ont toutes leur chance.

    Des bisous les filles !!!


    votre commentaire
  • « Flash Back »

    Ce matin alors que je m'occupais de l'organisation de mon évènement ainsi que de mes filles, mon téléphone retentit.

    - Vous êtes bien chez les Windsor, que puis-je pour vous ?

    - Bonjour Ely, c'est ton oncle.

    - Bonjour mon oncle, que me vaut le plaisir ?

    - Je t'appelle parce que j'ai oublié de te dire hier, que si tu veux aller jusqu'au bout pour Mélody, il te faut une signature de la matriarche de Windenburg comme quoi elle réhabilite la jeune femme de ces droits, sinon tu vas avoir un souci. Je t'ai organisé une entrevu cet après-midi vers 14H dans un café de Windenburg, j'ai pensé que ce serait plus propice qu'elle reste en terrain connu. J'ai prétexté une rencontre amicale pour faire connaissance.

    - Bien, je confierais les filles à Fumiko. Peux-tu m'envoyer l'adresse par sms ?

    - Bien entendu, bon courage et pense diplomatie ! Dit-il avant de raccrocher rapidement pris par le temps.

    Quelques secondes plus tard, je recevais le message. Et j'en profitais pour appeler Fumiko. Une fois fais je m'attelais à ma préparation.

    Quelques heures plus tard...

    J'étais enfin devant le fameux café et bizarrement j'étais légèrement stressée. En même temps la vie d'une jeune femme était en jeu. Je vis arriver une femme âgée, rongée par les années de responsabilités. Je la saluais amicalement.

    - Bonjour Madame, je suis honorée de faire votre connaissance.

    - Bonjour, de même ! Allons nous installez.

    Je sentais que cela n’allait pas être facile, elle était déjà fermée.

    - Bien, puis-je vous offrir à manger ? Demandais-je s’en me laisser démonter.

    - Merci, je suis encore capable de m’acheter à manger moi-même.

    - Ecoutez-moi bien Leïla ! Je sais qui vous êtes, je suis votre égal et je mérite le respect dû à mon rang, comme vous méritez le mien. Sachez que je n’ai à juger personne et que je me dois de faire ce qui est juste. Votre mari a détruit sans scrupule une femme qui a eu le malheur d’aimer l’un de vos fils. Maintenant que les choses sont clair laissez moi vous offrir votre viennoiserie préférez, installez-vous j’arrive !

    Elle ne répondit rien surprise par ma réaction et peut-être trop fière et partis s’installer à la table de son choix. Je revenais avec un pain au chocolat pour elle et des sconses pour moi.

    - Merci Ely, nous avons mal commencé ! Pardonnez-moi j’ai cru que vous étiez de ces reines naïves et nièvre. Je suis ravis de voir que Willow Creek est une reine de votre carrure. Je suppose que vous venez pour me parler de Mélody ?

    - Merci, oui j’aimerais vous faire signer un document qui permettra à Mélody qui est actuellement sous ma protection de lui rendre sa liberté. Une fausse déclaration de décès. Cela ne vous apporte plus rien de la faire souffrir.

    - C’est vrai mais que penserais mon mari, si je fais ça ?

    - Leïla, votre fils est en prison et votre mari est mort, cela redorera votre blason aux yeux des habitants de Windenburg. Faites-le et nos deux pays resteront en bon entente.

    - Bien, vous avez un sacré culot et j’aime ça ! Mon mari n’a pas toujours fait les bon choix, donnez moi le papier.

    Je le sortis de mon sac et lui fit signer.

    - Je vous remercie de votre indulgence, et si maintenant nous en profitions pour faire connaissance ?

    - Très bien allons y alors !

    Je rangeais précieusement le papier, ça avait été plus facile que je ne le croyais. Mon oncle avait raison et tort, parfois la diplomatie ne fait pas tous. Je lui envoyais rapidement un texto pour le prévenir et nous sortîmes prendre l’air.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    Je suis le conseiller de la reine, vous savez celui qui travaille dans son ombre et qui l'aide à prendre des décisions importantes, celui qui en définitif n'a pas toujours le bon rôle. En fait je suis même sa conseillère, et oui vive les femmes dans ce monde de machos !

    La pauvre est tellement débordée qu'elle m'a recruté pour l'aider et gérer du même coup son Simsbook. L'Orphelinat fonctionne très bien à son plus grand bonheur, ses deux petites pest...pardon c'est deux adorables filles, fleurissent comme les tournesols en été, son mari le prince charmant est au sommet de sa carrière et madame a le luxe de faire un retour de couche et d'attendre un autre enfant. Ils espèrent que l'héritier est en route, encore un pleurni...un enfant bien heureux. Je ne vous parle pas des nombreux événements auxquels ils doivent se rendre.

    Qui je suis ? Comment ai-je atterrie ici ? Regardez, la c'est moi sur la photo, quelle beauté je vous l'accorde ! Je me suis pointée à l'orphelinat car je souhaitais donner une chance à un enfant, comme moi abandonné à la naissance, délaissée par des parents qui croyaient faire pour le mieux, guidé par une raison stupide et qui a fait de moi celle que je suis aujourd'hui.

    Et puis je l'ai vu, rayonnante avec son sourire mielleux au milieu des enfants. J'ai cru que je rêvais. Je me suis exilée pendant 7 ans mais jamais je n'aurais cru la revoir. J'ai fais sa connaissance, nous avons sympathisé et je lui ai proposé spontanément mon aide. Elle a accepté et me voici !

    Je m'appelle Naamah, j'ai 27 ans et je vais être le bras droit de sa majesté. Mon histoire viendra plus tard !


    votre commentaire
  • Ma pauvre Ely, si seulement tu savais qui je suis.

    Bon alors par où commencer ? C’était il y a 27 ans. Tu ne t’es jamais demandé pourquoi tu as mis au monde des jumelles ? Tu ne t’es pas posé la question de savoir si dans ta famille ou celle d’Oliver, il y avait déjà eu des jumeaux ? Bien sûr que non quelle importance ? Qui suis-je pour venir perturber ton équilibre si fragile ?

    Regardez cette maison, comme c’est écœurant. Peut-être que c’est parce que je n’ai pas connu ça.

    Comment peux t-on abandonner son enfant pour une raison aussi stupide soit-elle ? Bon apparemment mon avis n’est pas partagé. J’aurais pu être comme toi ! Partager tes rêves de grandeur mais ils en ont décidés autrement.

    Bon je vous en dirait plus plus tard, j’ai une reine qui attends mes conseils ! Ah ah ah !


    votre commentaire
  • Bien, maintenant qu'on a fait les présentations, voici une partie de mon histoire :

    J'ai été en orphelinat pendant 4 mois et puis ont m’a adopté lorsque j'avais 6 mois. Personne ne voulait de moi, alors il m'ont offerte à cet adorable couple sans le sous, qui ne demandais qu'à donner de l'amour. J'étais un bébé sans défense, qui n'avait rien demandé à personne. Et toute ce qui va en découler, je l'ai appris en lisant le journal intime de ma défunte mère.

    J'ai eu une enfance baignée d'amour, mes parents me surprotégeaient presque. Toutefois je n'ai pas connu les grandes écoles, les vêtements hauts de coutures et je n'ai jamais eu une santé de fer. Tous cela en soi ne me manquait pas. J'aidais mes parents du mieux que je le pouvais. Ma mère trimait pour faire des ménages et je l'aidais quand je pouvais, mais je savais aussi qu'elle ne faisait pas que ça.

    Parfois les propriétaires lui demandait un peu plus, elle le faisait et cela nous permettais de manger un bon morceau de viande, de temps en temps. Mon père faisait aussi des ménages, il savait ce qu'enduré maman, mais ne disais rien. Après tout le corps d'une femme doit servir, disait-il souvent. Ce n'était pas un mauvais bougre mais la vie l'avait épuisé. Et puis un jour, les propriétaires ne voulurent plus de ma mère et m'exigèrent en contrepartie. Je ne pouvais refuser, les sous manquaient et ils menaçaient de ne plus nous payer, si je ne m'exécutais pas.

    Ces mains qui parcouraient mon corps, j'en frissonne encore d’horreur quand j'y repense...

    A l'adolescence quelque chose en moi à changé mais sa seras pour plus tard.

    Je me suis amusée à faire un montage Elle/Moi à 3 ans. Ma mère ne cessait de m'en parler. Longtemps j'avais rêvé d'être elle sans savoir qui j'étais vraiment...


    votre commentaire
  • Regardez là préparer Halloween, je crois que cette citrouille ira chez Sophie SimsLove, enfin d’après ce qu’elle m’a dit. C’est tellement puéril et enfantin !

    Pour continuer mon histoire, j’ai eu une adolescence difficile. Ma santé s’est dégradée d’un coup. On m’avais détecté une infection rénale, j’avais besoin d’une greffe en urgence mais je n’étais pas prioritaire sur la liste d’attente. Hé oui quand vous n’avez pas les sous.

    J’avais 18 ans quand j’ai dû cesser les ménages et vous savez quoi. Tout ça pour être hospitalisée. Ma mère pleurait tous les jours, mon père lui culpabilisait. A tel point qu’il a entrepris des recherches sur mes parents biologique.

    La suite je la tiens du journal de ma mère et sa sera pour demain...

    En attendant de nouveau un montage que j’ai fait avec des photos de chez moi et prise dans les albums d’Ely.

    « N’ayez pas de pitié pour moi ! J’en aurais aucunes pour vous. »

    #Naamah


    votre commentaire
  • Aujourd’hui, j’étais de passage à l’orphelinat pour traiter certaine demande et m’organiser avec Abbie et Fumiko pour l’évènement de noël.

    Nous étions en pleine réunion lorsque j’ai reçu la visite d’une assistante sociale. Elle tenait par la main, une petite fille à peine âgée de 6 ans.

    Je me levais et allais les voir en souriant.

    - Et si tu allais jouer avec les autres enfants, pendant que je parle avec cette dame ? Tu vas voir il y a des poupées, des maisons de poupées, tu peux même dessiner.

    Je la vis m’observais les yeux brillants. Elle avait dans les yeux, une étincelle indescriptible. L’assistante la posa par terre et je la vis courrir sans un mot vers l’espace de jeux.

    - Elle a l’air intelligent mais très réservé. Que lui est-il arrivé ?

    - C’est particulier, elle vient de perdre sa maman et elle ne connait pas son père. Mais il y avait une lettre dans le testament de la mère quand on la récupéré, tenez ! Ce n’est plus de mon ressort ! Je trouve ça super ce que vous faites pour ces enfants. Elle s’appelle Chloé.

    - Merci, je vais prendre le relais. Je la saluais et fit signe à mes collègues pour leur faire comprendre de continuer sans moi. J’allais m’installer près de la petite qui jouait et me mit à lire la lettre.

    « Mon très cher Nicolas,

    Si tu lis cette lettre c’est que je ne suis plus de ce monde. Il y a bien longtemps, toi et moi nous nous sommes aimés et de cet amour est née une petite fille. C’était certes une erreur mais quelle belle erreur. Si je ne t’en ai pas parlé avant, c’est parce que j’avais peur d’interféré dans ta vie. Mais aujourd’hui tu es sa seule famille. Prend en soin. Elle s’appelle Chloé et elle a tes yeux.

    Isabella.

    Si quelqu’un trouve cette lettre, merci de la remettre à Nicolas Paladier »

    Nicolas Paladier, ce nom...Non, c'est impossible ! Je pris mon portable et laissa mon doigt glisser sur la liste de mes contacts. Ah Paladier, Nico te voilà ! Je composais le numéro fébrile et après deux sonneries, une voix masculine me répondit...

    - Allô !

    - Allô Nico, salut c'est Ely ! Tu vas bien ?

    - Hey ma belle, ça va et toi ?

    - Très bien, écoute je t'appelle parce que...Enfin c'est un peu particulier, tu aurais le temps de passer à l'Orphelinat pour en parler ?

    - Ely, tu me fais peur là !

    - Tu connais une certaine Isabella ?

    - Isabella ? Oui, enfin c'était il y a longtemps maintenant !

    - Six ans c'est ça ?

    - Heu, oui à peu de chose près 5 ans et demi, 6 ans oui un truc comme ça.

    - Alors ramène tes fesses le plus rapidement possible.

    - Allez c'est bon, tu me fais une blague ? On est pas le premier avril tu sais ?

    - Préviens Maddy, que tu passes l'après-midi avec moi, pose une demi-journée si tu bosses, fais ce que tu veux mais soit là, dans une heure...

    Je le sentis surpris et à la fois inquiet de ce qui l'attendais. pendant ce temps, je m'approchais de Chloé en souriant.

    - Tu sais Chloé, c'est un très jolie prénom. Est-ce que tu sais pourquoi tu es ici ?

    La petite me regardait sans répondre mais j'étais quasiment sûr qu'elle savait. Son regard en disait tellement.

    - Tu as le droit de ne pas me parler tu sais, je comprendrais. Tu n'as qu'à je ne sais pas me répondre avec les poupées. Tiens je prends la sœur de la petite poupée que tu as dans les mains. A cet instant je la vis sourire en regardant les deux poupées. Un souvenir agréable devait lui revenir, tant mieux.

    J'étais perturbée, je ne sais pas ce que cette petite avait vécu, ni même de quoi sa mère était morte mais une chose est sûre, la petite était choquée.

    - Je pense que tu sais pourquoi tu es dans ce grand château et si tu veux en parler je t'écouterais sinon tu peux aussi en parler avec les autres enfants, ils comprendront.

    D'un coup je la vis lâcher sa poupée, se lever et venir dans mes bras.

    - Je la reverrais plus maman, c'est sûr ? Me demanda t-elle en me regardant dans les yeux.

    Oliver et Erwan m'avaient appris que dire la vérité, aussi dure soit-elle était toujours le mieux à faire. Mais il fallait la dire avec douceur et tact pour que l'enfant puisse commencer à se reconstruire.

    - Oui, ma chérie. Tu ne l'as verras plus mais sache qu'elle peut te voir de là où elle est. Elle peut même t'envoyer des baisers pour te rassurer quand tu as peur la nuit et tu peux même lui parler, elle t'entendra. Une chose est sûr elle sera toujours ici ! Dis-je en montrant son cœur.

    - Je vais avoir une autre maman et un papa aussi ?

    - Qu'est-ce que tu veux toi ?

    - Bah j'ai pas de papa, enfin je sais pas qui c'est et s'il m'aime. Maman elle voulait pas m'en parler. Toutes mes copines, elles ont un papa mais pas moi. Alors je veux un papa et que maman revienne ! Dit-elle en sanglotant.

    Je la berçais, elle s'endormie dans mes bras, jusqu'à ce que la sonnette de l'orphelinat se mit à retentir. J'allais déposer la petite dans un lit pendant que Fumiko allait ouvrir. Je descendis les escaliers et vit Nicolas sur le pas de la porte.

    - Salut Nico, désolé de t'avoir fait venir dans l'urgence mais... Pardon allons dans mon bureau. Assied-toi, et lis ceci... Dis-je en tendant la lettre.

    - Ely... Ely je tombe de haut la ... Heu je ne sais pas quoi te dire, quoi faire ... tu es sur de cette lettre ? Non... C'est pas possible ! Pourquoi me l'a t-elle caché ? On a jamais été en mauvais terme... 

    Je ne suis pas un lâche Ely je l'aurais.... assumé cette enfant ! Elle est là ?

    - Nicolas, une assistante sociale est venu me déposer Chloé il y a une heure, en ce moment elle dort à l’étage ! Je sais que tu n’es pas un lâche. Je ne connais pas les raisons de ce silence mais la seule façon d’en être sûr c’est que tu fasses un test de paternité et s’il est positif, on t’aidera, on s’organisera et on trouvera ensemble les solutions ! Nico ?

    Il fixait son papier, sous le choc.

    - Je ne remet pas en cause la parole d'Isabella mais oui, il faut que je le fasse ce test ! C'est toute ma vie et la sienne qui va être chamboulée...Et Maddy je vais lui dire quoi ? Je ne veux pas la perdre ! Répondit-il le regard perdu.

    - Si tu fais le test nous pourrons te la confier rapidement c’est juste une garantie pour nous, pour le juge si on te contacte, rien de plus. Nicolas tu es son père, il n’y a aucun doute. Pour Maddy, elle comprendra je la connais bien. Elle va t’aider, vous allez lui donner tous l’amour qu’elle a besoin j’en suis sûr. Invite là à dîner, explique lui, montre lui la lettre, soit franc et ne lui cache rien. Elle ne t’en sera que reconnaissante et puis elle peut m’appeler si besoin t’es pas tout seul tu sais 


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Deuxième partie : De la nouvelle !

    Je gère ma grossesse difficilement, je suis épuisée. Mais ma priorité reste l'orphelinat. Ces enfants ont besoin de moi.

    Je suis assise dans mon bureau, Nicolas vient d’arriver.

    - Bonjour Nicolas, tu vas bien ?

    - Bonjour Ely. Oui ça va. Je suis simplement stressé !

    - Ne t’inquiète pas ! Alors cette lettre que dis t-elle ?

    Nicolas me donne la lettre en tremblant.

    - Je ne l'ai pas encore ouverte Ely. Sa te dérange de regarder pour moi ?

    Prend la lettre en souriant.

    - Bien, tu es sûr de ne pas vouloir l’ouvrir ?

    - Non va y s'il te plait.

    Je décachette l’enveloppe délicatement, déplie le courrier et commençe à lire...

    " Monsieur Paladier,

    Nous sommes heureux de vous confirmez le lien de parenté entre le cheveux et vous. Votre ADN représente 50% de celui de Chloé. Vous êtes donc le père biologique de cette jeune fille.

    Veuillez agréer monsieur l’expression de nos salutations les meilleures.

    Laboratoire de Starlight Shore."

    Je le regarde attendant une réaction de sa part. Il me regarde les yeux embués.

    - Ely je suis papa ! J'ai ... j'ai jamais porté un enfant dans les bras. Comment je doit faire ? Me demanda t-il en riant nerveusement.

    Je posais ma main sur la sienne.

    - Tu sauras, c’est instinctif et puis ta fille est très intelligente, brillante même j’en suis convaincu. Elle comprendra. Si je peux te donner un conseil, ne lui cache rien. Et puis elle rêve de connaître son père. Je ne dit pas que sa sera facile Nicolas. Mais avec de la douceur et du temps tu verras. Elle est joue dehors si tu veux la voir.

    - Oui j'aimerais bien.

    - Viens avec moi je vais te présenter.

    Je l’accompagner jusqu’à notre jardin où Chloé confectionnait des citrouilles avec Charice. Je laissais Nicolas l’observer et allait la voir.

    - Bonjour Chloé, tu vas bien ce matin ?

    - Bonjour Ely, oui et vous ?

    - Bien, je voudrais te présenter quelqu’un, que je crois tu attends depuis longtemps maintenant ! Tu viens avec moi ?

    - Ah bon ? Oui d’accord.

    Elle me suivit et nous nous retrouvions quelque instant plus tard face à Nicolas.

    - Voilà Nicolas, je te présente Chloé et Chloé voici Nicolas. Il va t’expliquer.

    - Bonjour Monsieur. Dit-elle surprise.

    Nicolas prend son courage à deux mains et s'agenouille.

    -Bonjour. Je suis content de te rencontrer. Je suis... Je suis ton papa Chloé... A partir d'aujourd'hui tu vas venir vivre avec moi dans une jolie maison. Je regarde Ely avec détresse...

    Je souris devant la scène attendrissante.

    - Tu te rappelles de notre discussion Chloé ? Et bien je l’ai retrouvé. Nicolas va t’expliquer comment. Il ne connaissait pas ton existence, mais aujourd’hui il veut être là pour toi.

    - Papa, alors c’est toi mon papa !

    Sans qu’on ne s’y attendent, elle le se jeta dans les bras de Nicolas.

    Elle est intelligente, je dirais même plus elle a cet intelligence de cœur que peu de personne ont.

    - Chloé, écoute-moi s'il te plait, j'ai deux ou trois choses à régler avant que tu ne viennes avec moi. Tu vas rester avec Ely et tes copains jusqu'à la fin de la journée. Et je te promet que je te récupères au plus vite !

    - D'accord Papa.

    Je souriais et autorisa Chloé a retourner avec Charice avant de me tourner vers Nicolas un grand sourire aux lèvres.

    - Je disais donc instinctif ! Tu t’en sors très bien et ta fille est très intelligente.

    Nicolas me remercia et partit prévenir Maddy.


    votre commentaire